Misery [Stephen King]

Publié le par Shanaa

Encore un King. Eh oui. Mais encore un excellent King. Tellement excellent que je l'ai même racheté après l'avoir prêté à une amie qui est partie ensuite à l'étranger et qui ne me l'a rendu que longtemps après.

 

misery.jpg

 

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

Misery, c'est le nom de l'héroine populaire qui a rapporté des millions de dollars au romancier Paul Sheldon. Après quoi, il en a eu assez et il a fait mourir Misery pour écrire enfin le vrai roman dont il rêvait.

Mais il suffit de quelques verres de trop et d'une route enneigée, dans un coin perdu, pour que tout bascule. Lorsqu'il reprend conscience, Paul est allongé dans un lit, les jambes broyées dans l'accident. Sauvé par une feme, Annie Wilkes.

Qui ne lui pardonne pas d'avoir tué Misery. Et le supplice va commencer. Sans monstres ni fantômes, Stephen King, au sommet de sa puissance, nous enferme dans le plus terrifiant huis clos qu'on puisse imaginer.

 

Mon avis :

 

Fans de fantastique, passez votre chemin. Ici King nous présente une huis clos terrifiant à souhait.

 

Le personnage principal, Paul Sheldon, se retrouve donc dans un pétrin sans nom après un accident de voiture qui lui a fait perdre ses deux jambes. Pour courroner le tout, une bonne femme totalement cinglée ne le conduit pas à l'hôpital mais chez elle, dans une maison isolée. Eh oui, on est cinglé ou on ne l'est pas.

 

Encore une fois est en scène un écrivain et c'est loin d'être la première fois que l'un des protagonistes des oeuvres du Master est écrivain ( Scott Landon dans Histoire de Lisey, Ben Mears dans Salem, Mike Noonan dans Sac d'Os, Bill Denbrough dans Ca,..).

 

Et le pauvre Paul va se retrouver dans l'incapacité de bouger, les jambes disloquées, dans le lit d'une femme qui s'autoproclame admiratrice n°1. Paul se rendra vite compte qu'Annie n'est pas normale. Et l'on assiste au calvaire de Paul durant tout le livre.

 

Le sentiment d'oppression qui se dégage de la lecture est tout simplement étonnant. On s'identifie au prisonnier et on souffre avec lui. Les scènes de retranscription de sa douleur sont tout bonnement excellentes (King ayant sollicité d'ailleurs l'aide de psychologues afin de mieux décrire la douleur).

 

Le suspense monte crescendo et il est très très difficile de s'arrêter de lire avant la fin. Je l'ai lu d'une traite la première fois et également à chaque relecture. La folie d'Annie se révélant au fil de la lecture, la pression augmente pour le pauvre Paul et pour nous aussi. On vibre à chaque tentative de Paul pour s'enfuir et on frémit à chaque entrée d'Annie dans la chambre occupée par l'écrivain. C'est la l'atout principal du roman : On s'identifie pleinement à Paul. On EST Paul. Et on souhaite qu'une chose : qu'Annie meurt. Dans d'atroces souffrances si possible.

 

Annie est d'ailleurs l'un des 'méchants' des oeuvres de King qui est le plus terrifiant.

 

Un des meilleurs King pour ma part. Comme quoi, pas besoin de fantastique pour frissonner toute la nuit.

 

 

Publié dans Stephen King

Commenter cet article

charmant-petit-monstre 11/01/2011 11:14


Pas lu mais vu le film. Katy Bates y est excellentissime ! N'empêche ça fait froid dans le dos ! A chaque fois que je vais au ski j'me dit : "Faites que je n'ai pas d'accident, qu'une infirmière
psychopathe ne me prenne pas en otage !" (moi parano ? noooooooon !)


Shanaa 11/01/2011 13:42



et le livre est encore plus flippant alors ne le lis pas sinon tu vas pas pouvoir aller au ski :D



Mina 31/12/2010 18:40


Bon eh bien écoute, j'ai eu les mêmes sentiments que toi Shanaa ! (^-^) "Misery" est un des meilleurs, voire le meilleur, de King que j'ai lu pour le moment. Merci encore ^^