Minuit 2 - Les Langoliers [Stephen King]

Publié le par Shanaa

Minuit 2 est un recueil de deux nouvelles écrites par King en 1980. Cette critique sera uniquement consacrée à la première.

 

minuit2.jpg

 

 

 

Quatrième de couverture :

 

Vous-êtes-vous déjà demandé ce qui se passe après-minuit? Tout bascule. Le temps se courbe, s'étire, se replie ou se brise en emportant parfois un morceau de réel. Et qu'arrive-t-il à celui qui regarde, les yeux écarquillés, la vitre entre réel et irréel juste avant qu'elle explose et que des aiguilles de verre se mettent à voler en tous sens ? Les cauchemars de Stephen King vous empêcheront longtemps de dormir après minuit.

 

Minuit 1: L'heure où un avion peut atterrir dans le néant, le monde des Langoliers.

 

Minuit 2 : L'heure où un écrivain peut rencontrer le pire, dans un jardin très secret d'où l'on ne revient pas.

 

Après minuit, c'est toujours l'heure de Stephen King.

 

Mon avis :

 

Il convient de noter tout d'abord que; même s'il s'agit d'une nouvelle, le récit des Langoliers fait quand même 374 pages. Ce qui équivaut - et tout le monde l'aura compris - à 2,5x le volume d'un roman lambda d'Amélie Nothomb. Bref.

 

Après m'être aventuré sur le terrain de la fantasy et de la jeunesse pendant quelques temps, je retourne donc à mes premiers amours. Premiers au sens quasi-littéral du terme d'ailleurs, la nouvelle Les Langoliers est le premier récit que j'ai lu de King en arrivant en 6e à 10 ans. J'avais plus ou moins oublié que c'était ma première expérience Kingienne - j'étais petit - mais je me souvenais avoir apprécié. Et 12 ans après je dois dire que ce King assez méconnu est vraiment excellent.

 

 

Vol Los Angeles-Boston. Au bout d'une heure et demie de vol environ, certains passagers se réveillent. Et se rendent compte que la quasi-totalité des voyageurs a disparu. Seconde chose étrange : leurs objets sont, eux, restés dans l'avion. Y compris les pacemakers ou autres joyeusetés se situant à l'intérieur du corps humain.

C'est avec Dinah, une enfant aveugle, que l'on découvre cette situation pour le moins dramatique. Et c'est dans ce contexte surréaliste que les quelques passagers émergent et vont tenter d'expliquer l'inexplicable.

 

L'étape suivante : un atterrissage dans un aéroport vide. Autre chose étrange : les sons sont atténués, les goûts et les couleurs aussi. Mais surtout, le bruit. Un bourdonnement lointain qui s'amplifie. Les Langoliers. Les dévoreurs de monde. Ils arrivent.

 

A la frontière entre le fantastique et la science fiction, Stephen King nous propose ici une oeuvre aboutie et palpitante. La tension monte crescendo. Que s'est il passé? Comment peuvent ils s'en sortir? Comment expliquer l'inexplicable?

 

La réaction des passagers est saisissante de réalisme. On est plongé au coeur de la situation et l'on s'imagine pleinement être à la place de ces pauvres passagers. Et c'est là toute la force de King : savoir rendre cohérente une situation inexplicable. Comment réagirons nous face à cela?


La nouvelle est substantielle et c'est presque un roman que King nous livre ici. Pas d'horreur véritable mais une tension palpable tout le long, un suspense omniprésent et une intrigue aboutie, voilà la recette des Langoliers. Des personnages variés et attachants. Des références à Tolkien plaisantes (King est un fan absolu de J.R.R Tolkien). Ce n'est pas une oeuvre majeure de King mais elle est très illustrative de son talent et de sa capacité à utiliser les différents genres, tout en restant cohérent. Différentes explications peuvent exister d'ailleurs ici, l'oeuvre étant assez ouverte, ce qui est d'autant plus positif.

 

Je suis moins friand des nouvelles d'habitude mais certaines de King sont excellentes. Notamment la n°1 et la n°3 de Différentes saisons, nouvelles dépourvues d'horreur ou de fantastique et qui rendent bien compte du magnifique talent de King.

Ou bien dans un registre plus classique, la nouvelle Brume.

 

Quelques citations en guise de conclusion.

 

"Il sentit toute la structure de sa pensée rationnelle se mettre à déraper lentement vers quelque insondable abîme"

 

"L'obscurité fut comme un acte de miséricorde et pendant un court moment, il put se concentrer sur les étoiles"

 

 

 

 

 

Publié dans Stephen King

Commenter cet article

Mr. Zombi 12/02/2011 08:11


Pour ma part j'aime beaucoup les nouvelles de King, certaines sont vraiment excellentes et il y en a dans tous les genres.

Pour Minuit 4 je me souviens surtout du Policier des bibliothèques que j'avais bien aimé (le fait que je sois bibliothécaire y est probablement pour quelque chose lol) en dépit de certains passages
plutôt durs qui peuvent déstabiliser.

Le molosse surgi du soleil m'avait également bien plu, mais bon je suis pas sur d'être la meilleure personne à qui demander son avis sur du King vu que je ne suis pas très objectif quand ça touche
à King ^^'


Shanaa 12/02/2011 13:09



Pareil je ne suis pas objectif mais c'est la beauté d'être fan.


Tu me donnes envie de me remettre dans les nouvelles alors, certains recueils sont vraiment pas mal apparemment en plus.
Je vais aller voir ta chronique sur son dernier reueil que j'ai mais pas encore lu..



Mr. Zombi 11/02/2011 15:46


Tu prévois de présenter vue imprenable sur jardin secret ou pas du tout ?

En tout cas tu m'as donné envie de me replonger dans les nouvelles des minuit (vue imprenable sur jardin secret et le policier des bibliothèques sont celles qui sont les plus "fraîches" dans mon
esprit)avec ton billet ^^


Shanaa 12/02/2011 01:06



Non pas du tout, je n'ai pas lu cette nouvelle. J'ai relu les Langoliers juste car c'est mon premier écrit de King, par nostalgie. Je ne suis pas fana du format nouvelle. Différentes saisons est
un super recueil néanmoins avec la 1ère et la 3e(le corps). Et la nouvelle Brume est top


J'ai pas lu Minuit 4 mais je l'ai , il est bien?



Lexounet 19/12/2010 23:22


J'ai découvert Stephen King que récemment et c'est vrai que j'ai été comblé. Après la Ligne Verte, je vais lire ses livres depuis qu'il a commencé, ça nous permettras d'en reparler très vite :)

Par contre, je ne suis pas adepte du format nouvelle même si là, c'est vraiment long pour s'appeler comme ça^^

(tu n'aimes pas Nothomb? :D )


Shanaa 19/12/2010 23:57



Ouais je suis pas fan du format nouvelles du tout j'en ai que peu lu, mais là c'est un peu plus que les nouvelles.


Et non j'ai rien contre Nothomb quoique.. :)



Cécile 17/12/2010 09:50


Je crois que je vais passer mon tour. Ca m'a l'air de "foutre" l'angoisse.
Pas très envie de ça en ce moment...


Spooky 15/12/2010 09:21


Je confirme, très chouette "nouvelle". Le téléfilm est un ton en-dessous cependant, comme beaucoup d'adaptations de King.