Haïti, Kenbe la! [Rodney Saint-Eloi]

Publié le par Shanaa

En cette heure tardive je tiens à remercier les éditions Michel Lafon pour m'avoir permis de lire ce livre, ceci étant d'ailleurs mon premier partenariat, j'apprécie d'autant plus. Je tiens à remercier également toute l'équipe de Livraddict pour l'obtention de ce partenariat, et l'ensemble de leur oeuvre en passant.

 

 

Copie_de_HAITI_couv_m_1283935308.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

 

«J'ai écrit ce livre pour faire taire en moi les fureurs du goudou-goudou, ce séisme désormais ancré dans les entrailles de tous les Haïtiens.

Haïti, en plus de la violence de l'Histoire, de la misère, n'avait pas besoin de séisme. C'est une violence de trop. L'esclavage, la colonisation, l'exploitation, les occupations auraient amplement suffi.

La nuit, je me sens balancé. La terre vacille au moindre mouvement. Je me mets à lire ou à écrire pour oublier que la terre, qui sait nourrir, peut aussi trembler et tuer.

J'ai écrit ce livre pour dire que la vie ne tremble jamais. Un peuple debout cherche sa route, à la lueur des bougies. Un peuple debout cherche de l'eau et du pain, et enterre ses morts. Car les morts savent traverser les jardins et frapper aux fenêtres des rêves pour apporter aux vivants l'espoir.»

 

Mon avis :

 

J'avoue avoir eu du mal à m'immerger dans ce témoignage - pourtant assez court - de cet auteur que je ne connaissais pas du tout. La faute à un point sur lequel je reviendrais en fin de chronique.

 

Rodney Saint-Eloi nous raconte son vécu de l'enfer qui a frappé Haïti en janvier 2010. Rappelons que le séisme qui a touché ce pays a fait plus de 250 000 morts. Et a ravagé une bonne partie des grandes villes. Un pays à reconstruire donc. Dans tout les sens du terme. Aussi bien matériellement que humainement.

 

L'auteur qui est ici le témoin - ou le personnage principal comme vous voulez - nous emmène dans les décombres d'Haïti. Rodney Saint-Eloi est haïtien mais vit à Montréal, et il se trouve qu'il s'est rendu à Haïti à cette période là en raison d'un Congrès rassemblant plusieurs écrivains. On note d'ailleurs de nombreuses références de Saint-Eloi à sa propre carrière d'écrivain en début de livre, ce qui est loin d'être inintéréssant.

 

Voir l'ampleur du séisme du point de vue de l'auteur qui l'a vécu rend vraiment ce témoignage immersif. Rodney Saint-Eloi reste d'ailleurs très honnête dans son témoignage. On constate en effet le sentiment de culpabilité qu'il ressent parfois de ne pas vivre dans son pays natal - qui va mal. On voit aussi ses divers projets littéraires relatifs à son pays. Ce livre est donc également une sorte de passage à l'intérieur de l'être de Rodney Saint-Eloi, dans ses sentiments les plus profonds. Et même si ce n'est pas le thème du livre, c'est important de le noter.

 

Le drame qui a secoué Haïti est inqualifiable d'horreur. Rodney Saint-Eloi nous emmène dans son périple haïtien post-séisme (la majeure partie du livre se déroulant après) avec un ton simple et brut, ce qui rend encore plus dramatiques certains passages et détails de l'ouvrage. On le suit donc à travers le pays, il passe de personnes en personnes sans qu'une trame précise soit prédéfinie. On pourrait presque penser qu'il n'y en a pas. Une sorte de chaos narratif. Ce qui est évidemment la conséquence du chaos qu'a connu le pays. Et cela rend le témoignage encore plus frappant.

 

Rodney Saint-Eloi aime son pays. Il l'aime profondément et cela se ressent tout le long du livre. Mais il est conscient du chaos politique et social qui le gouverne - et qui le gouvernait avant le séisme. A Haïti, la fracture sociale et la corruption sont en effet bien plus que de simples concepts abstraits. Il le note avec un certain abattement, ce qui doit être représentatif du ressenti de la population. La vigueur du témoignage ne s'en fait alors que plus forte.

 

Un autre point très appréciable : la préface de Yasmina Khadra. Je n'ai jamais lu un livre de cet auteur, mais sa préface est excellente. Un style vraiment prononcé. Qui donne envie de lire l'ouvrage - et de lire toutes les oeuvres de Yasmina Khadra.

 

Passons maintenant au point qui m'a parfois déplu - et qui m'a empêché d'être immergé à 100% dans ce livre : le style. Le style simple, à ton égal et avec des phrases courtes est efficace car cela décuple l'ampleur du désastre et cela met en perspective les différentes émotions. Mais je trouve personellement que l'auteur abuse un peu trop de ce style la, notamment au début avec des passages ou des phrases de quatres mots s'enchaînent, ce qui est à mon sens particulièrement dommage. J'ajouterais que quelques figures de style ne m'ont pas vraiment inspirées. Ce n'est pas un gros point négatif et c'est d'ailleurs totalement subjectif. Malheureusement cela m'a empêché de savourer ce livre.

 

Je l'ai toutefois apprécié. Le témoignage est frappant et le style, malgré les défauts que j'ai souligné, est efficace dans l'ensemble. Certains passages profitent d'ailleurs de ce style là et sont donc réellement très touchants ou dramatiques. Mais certains en deviennent également médiocres. Un meilleur dosage de ce style aurait été - pour moi je le répète - le bienvenue.

 

Je tiens une nouvelle fois à remercier les éditions Michel Lafon et la team Livraddict. Bonne nuit.

 

 

 

Commenter cet article

Marion F 12/06/2011 16:41


C'est très gentil (chercherais tu à te débarrasser de ce bouquin par tous moyens?) mais ma PAL est déjà gigantesque (et maline comme je suis j'ai emprunté trois pavé à la bibli donc faut que je les
lise vite) et il va falloir cet été que je prépare ma prochaine année de fac (être en double licence ça demande une organisation de dingue). Je pense pas avoir le temps là maintenant tout de suite.


Shanaa 12/06/2011 19:34



Je me doute, c'est un problème récurrent cette maudite PAL.


En effet je me doute que la double licence doit être assez chronophage.


 


Si tu changes d'avis, n'hésite pas.



Marion F 10/06/2011 23:23


Je l'avais vu en librairie et puis je m'étais dit que ma PAL était assez haute comme ça. J'avais justement peur des phrases à rallonge, des envolées lyriques et surtout d'une surdose de pathos
(c'est tellement facile de tomber dedans sur un sujet pareil). Maintenant que je suis en vacances (et que j'ai lu ton post) j'ai envie de le lire, c'est malin ça tiens.


Shanaa 11/06/2011 03:19



Si je le retrouve, je peux honnêtement de te le filer :)



JuNa62 03/11/2010 22:18


Non je ne l'ai pas eu, mais si je le trouve un des ces jours à la bibliothèque, j'en profiterai. Par contre, je ne pense pas que je vais l'acheter, ce n'est pas non plus une priorité...


Shanaa 03/11/2010 22:26



si c'est une priorité je peux l'envoyer sans problème!



JuNa62 03/11/2010 22:00


J'avais postulé pour ce partenariat et j'avoue que ton avis me donne encore plus envie de lire ce livre...


Shanaa 03/11/2010 22:02



Et tu l'as eu et il est sur ta Pal ou tu ne l'as pas eu?



Tiboux 01/11/2010 17:49


Magnifique témoignage en résumé ^^ Bonne semaine :P


Shanaa 01/11/2010 21:18



En résumé oui mais je mettrais un bémol quand meme..