American Psycho [Bret Easton Ellis]

Publié le par Shanaa

Ce roman, best seller aux USA mais très controversé en raison de sa violence, a fait l'objet de critiques très mitigées sur la blogosphère. Verdict.

 

9782264039378.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

 

" Je suis créatif, je suis jeune, [...] extrêmement motivé et extrêmement performant. Autrement dit, je suis foncièrement indispensable a la société ". Avec son sourire carnassier et ses costumes chics, Patrick Bateman correspond au profil type du jeune Yuppie des années Trump. Comme ses associés de la Chemical Bank,
il est d'une ambition sans scrupules. Comme ses amis, de il rythme ses soirées-cocktails pauses cocaïne. À la seule différence que Patrick Bateman viole torture et tue. La nuit, il dévoile sa double personnalité en agressant de simples passants, des clochards, voire un ami. Mais il ne ressent jamais rien. Juste une légère contrariété lorsque ses scénarios ne se déroulent pas exactement comme prévu...

 

Mon avis :

 

Ce roman a été très décrié lors de sa parution aux USA en 1991. Misogygne, violent, pornographique, bien des tares lui ont été attribuées. Certains lui reprochaient de faire l'apologie de la violence et de l'individualisme. C'est loin d'être l'intention réelle de Ellis qui nous livre un roman très profond et riche.

 

Patrick Bateman est un golden boy de 27 ans. Riche, beau, intelligent. Et psychopathe. Sa vie est rythmée de marques en tout genre, de restaurants et de boîtes chics, de coke, de femmes et d'indifférence. Et de meurtres, tous plus violents les uns que les autres.

 

Ce livre peut être scindé en trois parties.

 

Dans la première partie, l'on est directement immergé dans l'esprit de Bateman et l'on est ainsi plongé dans la golden life des années 80 aux USA. Soirées, dîners, dialogues tous plus futiles les uns que les autres, tout y passe. Le matérialisme ambiant est tel qu'Ellis nous submerge de détails de marques en tout genre. Un luxe de détails qui restera tout le long de la lecture. Dans la seconde partie, la folie de Bateman devient de plus en plus prégnante et ses délires de plus en plus flous. Difficile parfois de distinguer le fantasme de la réalité. Les meurtres et la pornographie apparaissent de manière directe, technique et froide. Certains passages sont très dur à soutenir et ce livre est évidemment à déconseiller aux âmes sensibles. Dans la troisième partie, la folie de Bateman est plus que prégnante et on est plongé dans les abîmes de son esprit, avec une auto analyse de sa part sur sa condition d'être humain, la mise en exergue de l'inutilité de sa vie. Et bien sûr, la continuation de ses sévices, de plus en plus horribles. Le passage du rat est un modèle du trash.

 

Il serait idiot de limiter cet ouvrage au matérialisme et à la violence. Ellis va beaucoup plus loin et sous les apparences, ce livre revêt une richesse comme j'en ai rarement vu auparavant.

 

1) D'une part, il faut souligner le talent narratif de Bret Easton Ellis. Si le luxe de détails peut faire peur de prime abord, il n'en est pas moins indispensable pour saisir toute les subtilités de l'esprit de Bateman et pour décrypter les codes de cette société américaine. Ellis va d'ailleurs dans le burlesque, en atteste les questions existencielles sur l'eau minérale ("J'avais le trac la première fois que j'ai bu une eau minérale") ou sur quel type de chaussettes va avec un costume en laine. L'humour est patent et c'est un point à ne pas négliger.

 

2) Le soucis du détail et l'étalage de ce matérialisme souligne également l'indifférence à autrui que dénonce allègrement Ellis. Des personnages interchangeables - se confondant entre eux souvent d'ailleurs - qui ne se soucient que de leur apparence et de leur tracas futiles. Ellis dénonce ainsi les travers de la société américaine. Citons l'attitude ironique et déplorable de Bateman à l'égard des SDF - présents devant tout les grands restaurants de luxe dans lesquels Bateman se rend régulièrement ( "Mais travaillez, mon Dieu") par laquelle Ellis pointe du doigt les inégalités sociales omniprésentes à cette époque.

 

3) Ce roman ne fait pas non plus l'apologie de la violence. Il m'a rappelé le film "Orange Mécanique" du ô combien talentueux Stanley Kubrick. Par ce trop plein de violence, Ellis ne fait que mettre le lecteur devant cette réalité et il est tentant de penser qu'il a voulu dégoûter les gens de la violence. On s'interroge également sur l'origine de ses meurtres, qui n'est pas du tout traité dans l'ouvrage. Pourquoi Bateman commet il tout cela? Le mal est il inné? Ou bien les travers de la société ont conduit à cette dépersonnalisation totale de Bateman qui l'a entrainé dans cette folie meurtrière? La réponse à cette question reste ouverte.

 

Il y a beaucoup à dire sur ce livre et une relecture postérieure me permettrait de l'appréhender encore plus profondément.

 

Ellis nous livre ici un roman très spécial, profond et choquant. A ne pas mettre dans toutes les mains. Mais gardez à l'esprit que la portée de ce roman est tout autre que la vie d'un vulgaire tueur en série sociopathe. Ellis va beaucoup plus loin. Beaucoup, beaucoup plus loin.

 

 

PS 1 : Pour finir sur une note plus heureuse, je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes.

 

PS 2 : Une interview de votre fidèle serviteur est disponible à cette adresse. Elle a été réalisée par Lyra dans le cadre de Livraddict.

Publié dans Contemporain

Commenter cet article

Amandine 01/02/2011 14:35


Ben grâce à ton blog j'en ai découvert plein parce que je connais pas du tout les Stephen King sous le pseudonyme Richard Barkman.


Shanaa 01/02/2011 15:58



Aaaah tu loupes quelque chose alors.


C'est un autre genre de King, plus ancré dans la réalité  et qui dénonce certaines choses :)



Amandine 01/02/2011 07:03


Ben bizarrement c'est celui que j'ai préféré.pourquoi il est controversé?Dernièrement j'ai lu Cà que j'ai beaucoup aimé également,j'y ai mis une critique également.Salem fait parti aussi de mes
préférés c'est le premier Stephen King que j'ai lu aussi donc.Cujo aussi c'est bien mais j'aime pas la fin mais c'est très écrit comme d'habitude.J'ai beaucoup aimé Carrie,Christine également.


Shanaa 01/02/2011 13:34



Controversé un peu car beaucoup ne l'ont pas trouvé assez recherché, je ne suis pas d'accord j'ai beaucoup aimé moi.


Sinon ceux que tu cites sont bie , je rajouterais Le Fléau et les Bachmans !



Amandine 28/01/2011 13:08


D'accord avec ton commentaire moi je n'ai pas pu finir le livre c'était un peu trop dur mais je me suis promise de reprendre.J'ai vu par contre le film,si ça t'intéresse j'y ai mis la critique.Je
mets aussi des critiques de livres pour l'instant pas beaucoup puisque je n'ai pas trop le temps.Mais j'ai vu que tu es un fan de Stephen King moi de même.Je te conseille désolation c'est un de mes
préférés.Au plaisir++
PS:j'aime beaucoup les premiers romans de Chattam.


Shanaa 31/01/2011 21:44



J'irais voir ta critique avec plaisir Amandine !


Concernant Désolation j'ai bien aimé mais cela n'est pas mon préféré, il est assez controversé celui là d'ailleurs !!



evertkhorus 30/12/2010 00:15


Oui je me doute, mais j'aime les choses spéciales et bizarres, alors on verra!


Shanaa 30/12/2010 00:18



Evert, je te conseille le Maitre des illusions. Si tu veux pas le lire je suis prêt à t'en offrir un exemplaire et te l'envoyer.



evertkhorus 29/12/2010 23:53


Merci pour cette critique bien complète. Je ne l'ai pas encore lu, mais j'y compte bien, surtout après une telle critique!


Shanaa 29/12/2010 23:56



Aah evert tu me diras ce que tu en as pensé ! Mais il est spécial je ne sais pas si tout le monde peut adhérer !